×

Actualités générales

Le 1er juin 2017, le CBN Massif central, représenté par sa Vice-Présidente Marie-Christine DELABRE et par Vincent LETOUBLON, signait le Contrat Vert et Bleu de Saint Etienne Métropole. Ce contrat prévoit :

  • de mieux connaître la diversité et la richesse de la flore et des végétations de l’agglomération pour une meilleure prise en compte dans la « trame verte et bleue » - La trame verte et bleue est un réseau formé de continuités écologiques terrestres et aquatiques, elle contribue à la conservation des habitats naturels et des espèces, et au bon état de l’eau ;
  • d’identifier, de hiérarchiser la perméabilité des milieux naturels en bords de cours d'eau à la circulation des espèces, sur une ou deux zones à enjeux (Gier, Furan, Ondaine), par l’analyse de la végétation et de la richesse de la flore afin de permettre une stratégie d'intervention (critères de dégradation comme les espèces exotiques envahissantes, cortège floristique, type des milieux rencontrés, etc.).

Le premier volet consistera à réaliser des inventaires botaniques et phytosociologiques sur le territoire et à lister les espèces et espaces à enjeux sur le plan de la flore et de la végétation. Le second identifiera, grâce à la flore et à la végétation, la perméabilité des milieux naturels de bords de cours d'eau à la facilité de circulation des espèces, sur des secteurs jugés comme importants par les partenaires (contrat de rivières notamment). L’ensemble de ces deux actions pourra faire l’objet d’une valorisation auprès des partenaires, en concertation avec Saint-Etienne Métropole.

Le montant de l’action est estimé à 86 250 € sur trois années (2016-2018). Cette action sera financée à 50 % par la région Rhône-Alpes et à 50% par le FEDER Région.

En 2016, dans le cadre du programme Forêts anciennes du Massif central, le Conservatoire botanique national du Massif central a recensé les projets de ses partenaires ayant traits à l’identification des forêts anciennes et matures du Massif central. Pour compléter ce recensement, nous vous invitons à participer, en 2017, à l’enquête participative «forêts anciennes du Massif central».

Cette enquête vise à collecter les indices d’ancienneté des forêts que chacun d’entre vous a pu observer sur le Massif central : place de charbonnage, anciennes bornes forestières, bief de scie hydraulique en forêt … Les cartes géographiques, plans, archives forestières, cartes postales, gravures, photographies anciennes… constituent également des documents d'archive que nous souhaiterions répertorier.

À l'occasion des 10èmes Rencontres naturalistes de Haute-Loire, le 5 novembre 2016, l'équipe du CBN proposera une conférence « 20 ans de conservatoire botanique et de conservation de la flore en Haute-Loire à travers les exemples de la Renoncule à fleurs latérales, du Bouleau nain, des plantes messicoles »

Programme complet

Lire la suite...

En voulant réparer les dommages causés sur la nature, les acteurs de la protection de l'environnement se heurtent à l'absence sur le marché français de végétaux d’origine sauvage dont la provenance locale est garantie, mais aussi d’entreprises susceptibles de proposer ces services.

Entre 2012 et 2014, la Fédération des Conservatoires botaniques nationaux, l’Afac-Agroforesteries et Plante & cité ont développé le projet « Flore-locale & Messicoles » pour répondre à ces enjeux. En 2014, grâce à ce projet et dans une démarche collective, deux signes de qualité relatifs à l’origine géographique des végétaux commercialisés, semences, plants, plantes entières ont été créés : « Végétal local » et « Vraies messicoles ».

Dans la perspective de voir naître une filière "Massif central", le CBNMC accompagne les entreprises candidates à l’obtention de ces labels.

Pour plus d'infos...

La DREAL Auvergne et ses partenaires* lancent une enquête participative régionale visant à améliorer les connaissances sur la répartition de 6 espèces et deux groupes d'espèces de lichens forestiers présents en Auvergne et plus largement dans le Massif-Central. Excellents bio-indicateurs, ces espèces peuvent renseigner, entre autres, sur l¹ancienneté des forêts, la qualité de l¹air et l¹effet du changement climatique au niveau local.

Renseignements et inscriptions (avant le 13/09/15) :
http://enquetelichensauvergne.mnhn.fr - Flyer de présentation du projet

Lire la suite...

Des premiers usages alimentaires jusqu’aux brevets technologiques actuels, Stéphane Perera, médiateur scientifique au Conservatoire botanique national du Massif central, nous fait découvrir comment la diversité végétale du Massif central actuelle ...

Lire la suite...

Fort du succès rencontré lors des éditions précédentes, le Conservatoire botanique national du Massif central organise les 3es Rencontres végétales du Massif central, du 27 au 30 Mai 2015 à Saint-Étienne, en étroit partenariat avec la Région Rhône-Alpes, le Département de la Loire, la Ville de Saint-Étienne et l’Université Jean Monnet de Saint-Étienne.

Pour plus d'informations : Les 3e Rencontres végétales du Massif central Saint-Étienne – 27-30 Mai 2015

Lire la suite...

Les Conservatoires botaniques nationaux alpin et du Massif central publient la liste rouge de la flore vasculaire menacée en Rhône-Alpes. Ainsi, sur la base d’environ 4 300 000 observations floristiques disponibles (dont plus de 80 % postérieures à 1990) et d’un catalogue floristique régional argumenté indiquant notamment la rareté régionale et les critères d’indigénat, les botanistes des CBN et experts régionaux ont examiné, pour plus 3 300 plantes, les risques d’extinction et les menaces qui pèsent sur elles...

Télécharger le livret
Télécharger le poster

Lire la suite...

Des invasions à travers monts et marées…

Sous l’effet des aléas climatiques, de la dérive des continents, ou encore de l’évolution, les espèces animales et végétales ont de tous temps traversé le globe, générant cette incroyable diversité des formes de vie que nous connaissons aujourd’hui ou, à l’inverse, créant des vagues d’extinctions épisodiques. Ce phénomène n’est pas nouveau mais, avec le développement du commerce et la mondialisation des échanges, l’homme a démultiplié les capacités des formes de vie, à investir de nouveaux territoires au détriment de la faune et de la flore autochtones. Et s’il est vrai que seules quelques-unes parviennent véritablement à se naturaliser, leurs effets peuvent être particulièrement dévastateurs. On se souviendra, à cet égard, des effets tragiques du Phylloxéra sur les vignes européennes au XIXe siècle ou encore de l’arrivée du Rat noir en Europe au Moyen Âge, à l’origine de profonds bouleversements écologiques, économiques et sanitaires. Ainsi, aujourd’hui, les phénomènes d’invasion biologique figurent parmi les menaces les plus sévères pesant sur la biodiversité mondiale.

Télécharger le communiqué

Télécharger le bordereau d'inventaire de l'Ambroisie

Lire la suite...

...des mousses, hépatiques et anthocérotes pour l'Auvergne

Encouragées par la dynamique créée lors des Premières rencontres bryologiques qui se sont déroulées en 2011 à Paris,la connaissance et la conservation des bryophytes ont pris un nouvel essor ces dernières années, et plus particulièrement suite à l'inscription de 14 bryophytes sur la liste des espèces protégées en France (arrêté du 23 mai 2013)...

Dans la perspective d’entreprendre une démarche globale de conservation des bryophytes les plus remarquables, des outils préalables de connaissance et d'évaluation (notamment pour hiérarchiser les enjeux de conservation) ont été récemment élaborés. C’est le cas des listes rouges nationales et régionales qui permettent d’évaluer les degrés de menace pesant sur chacune des espèces animales et végétales d’un territoire. La Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement Auvergne (DREAL) a ainsi demandé au Conservatoire botanique national du Massif central de réaliser pour la région la liste rouges des mousses, hépatiques et anthocérotes.

 

Après 3 années de travail, la Fédération Aude Claire, le Conservatoire botanique national méditerranéen de Porquerolles, la Société d’études scientifiques de l’Aude et les Ateliers de la Nature publient un atlas électronique des plantes patrimoniales du département de l’Aude : www.cbnmed.fr/atlas11

Cet atlas a pour objectifs :

  • d'améliorer les connaissances, aussi bien des taxons que des territoires, et de faire une synthèse du patrimoine floristique du département de l’Aude,
  • de diffuser la connaissance et de mettre en ligne l’information à travers le Système d’Information sur la Nature et les Paysages (SINP),
  • d'utiliser une méthodologie transposable à d’autres territoires en Languedoc-Roussillon.



La liste hiérarchisée des plantes patrimoniales a été établie par le CBNmed, avec l'appui des botanistes locaux, selon des critères de rareté, de responsabilité du territoire dans la conservation du taxon et de vulnérabilité de l'habitat. Ainsi, 300 taxons patrimoniaux ont été sélectionnés sur les 3000 que compte l’Aude.

Deux saisons de terrain ont été entreprises en 2011 et 2012 et ont apporté 53 000 données. Des observations déjà existantes mais non encore saisies et de nouvelles données acquises hors atlas ont aussi été intégrées à hauteur de 90 000 données. Elles sont maintenant toutes disponibles sur SILENE, la base de données du CBNmed pour alimenter le SINP.

Pour chaque plante patrimoniale, une fiche descriptive est actuellement visualisable sur ce site.

plus de 2 000 espèces dont une quarantaine jusqu’alors inconnues !!!

Pour comprendre et suivre l’érosion de la biodiversité, mais aussi identifier et préserver les plantes les plus menacées, le Conservatoire botanique national du Massif central mène depuis 10 ans, sur les 57 000 km2 de son territoire d’agrément, un inventaire précis et homogène de la flore vasculaire. Après avoir passé au peigne fin les départements d’Auvergne et de l’Ouest rhônalpin, ce sont sur les trois départements du Limousin (environ 17 000 km2) que les botanistes se sont penchés au cours des quatre dernières années...

Télécharger le communiqué de presse
Télécharger le dossier bilan

Lire la suite...

et déjà 2 000 espèces recensées !


 Pour comprendre, surveiller et anticiper l’érosion de la biodiversité, mais aussi identifier et préserver les plantes les plus menacées, le Conservatoire botanique national du Massif central mène depuis 10 ans, sur les 57 000 km2 de son territoire d’agrément, un inventaire précis et actualisé de la flore vasculaire. Après avoir passé au peigne fin les départements d’Auvergne et de l’Ouest rhônalpin, c’est sur les trois départements du Limousin (environ 7 000 km2) que vont se pencher les botanistes au cours des trois prochaines années... 


Contact presse : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Télécharger le dossier de presse

Lire la suite...

Plus de 20 millions de données d’observation portant sur 7 687 espèces de la flore de France, métropole et La Réunion, sont désormais en accès public sur la plateforme web de diffusion développée par la FCBN.

siflore.fcbn.fr

 

Lire la suite...