×

Plantons un décor… local !

Réparer les dommages causés sur la nature, restaurer ou réhabiliter les écosystèmes et les paysages perturbés par les activités humaines, embellir notre cadre de vie sans impact sur la diversité végétale indigène... ce leitmotiv partagé à la fois par les professionnels de la production et de la commercialisation des végétaux et par les acteurs de la protection de l'environnement se heurte à l'absence sur le marché français de végétaux d’origine sauvage dont la provenance locale est garantie, mais aussi d’entreprises susceptibles de proposer ces services.

D'autres pays européens telle l’Allemagne, ont déjà développé des filières d'approvisionnement en végétaux d'origine sauvage et des signes de qualité garantissant l'origine géographique. En France, des actions régionales ou locales voient aujourd'hui le jour : elles visent à mettre en place et promouvoir des filières de production de plantes ou d’arbres adaptés à des territoires spécifiques.

Pour la restauration des milieux, la provenance locale est une nécessité écologique, génétique et économique. Elle permet de reconstituer des communautés végétales cohérentes et favorise la réussite des semis et des plantations avec des végétaux adaptés aux conditions locales. Les caractéristiques génétiques acquises localement par la flore sauvage au fil des siècles lui confèrent en effet un avantage lorsque celle-ci est utilisée dans son territoire d’origine.

Entre 2012 et 2014, la Fédération des Conservatoires botaniques nationaux, l’Afac-Agroforesteries et Plante & cité ont développé le projet « Flore-locale & Messicoles » pour répondre à ces enjeux. Celui-ci a été lauréat d’un appel à projets du Ministère de l’Ecologie dans le cadre de la Stratégie nationale pour la biodiversité, intitulé « Conservation et utilisation durable d'espèces végétales indigènes pour développer des filières locales ».

En 2014, grâce à ce projet et dans une démarche collective, deux signes de qualité relatifs à l’origine géographique des végétaux commercialisés, semences, plants, plantes entières ont été créés : « Végétal local » et « Vraies messicoles ».

La traçabilité de l’origine des semences, un impératif majeur…

Au travers d'un cahier des charges détaillé et rigoureux, prévoyant un système de contrôle (assuré par des auditeurs indépendants) et une traçabilité, Végétal local est un signe de qualité pour toute une palette de végétaux d’origine sauvage, destinés en particulier pour la restauration des milieux naturels et de la biodiversité.

Le signe de qualité « Végétal local » garantit pour les plantes, les arbres et les arbustes sauvages bénéficiaires :
- leur provenance locale, au regard d'une carte des 11 régions biogéographiques métropolitaines (et des régions biogéographiques d'outre-mer), avec une traçabilité complète du processus de récolte-multiplication ; - la prise en compte de la diversité génétique dans les lots de plantes et d’arbres porteurs du signe de qualité ;

- une conservation de la ressource (plantes et arbres mères) dans le milieu naturel, lors des collectes et la valorisation du travail d’un cueilleur local. Les espèces protégées sont exclues, et certaines espèces (notamment rares ou menacées) pourront être refusées au label.



Le second signe de qualité créé se nomme « Vraies messicoles ». Il concerne exclusivement les plantes messicoles, c’est à dire des plantes annuelles, le plus souvent dépendantes des cultures de céréales, comme le coquelicot ou le bleuet. Ce signe de qualité doit garantir la présence, dans les mélanges de semences bénéficiaires, de 100% d'espèces compagnes des cultures, d'origine locale et non horticoles. L’objectif est d'abord la conservation des populations de plantes messicoles qui ont subi une forte régression en raison de l'intensification de l'agriculture, notamment du fait de l’utilisation d'herbicides de manière plus ou moins généralisée. Il répond, en partie, au plan national d’actions en faveur des plantes messicoles mis en œuvre par le Ministère de l’écologie. Ce signe de qualité doit également garantir des pratiques de collecte permettant de conserver les populations en place et une production maintenant des niveaux élevés de diversité génétique dans les lots de semences. Le contrôle du respect du cahier des charges de ce signe de qualité sera également effectué par des auditeurs indépendants.

Un réseau d’acteurs engagés…

Ces signes de qualité sont gérés par un comité de marque qui en est l’organe central. Il étudie régulièrement les dossiers des candidats à la labellisation (pépiniéristes, horticulteurs…), en particulier le projet de production et la liste des espèces choisies par le candidat.

Les candidats retenus font ensuite l’objet d’un audit indépendant de la gouvernance établie, afin d’assurer les contrôles relatifs aux signes de qualité en particulier à propos des espèces locales qu’ils souhaitent collecter et produire. Ces labellisations sont valables pour une période de dix ans et s’appliquent aux espèces proposées par chaque candidat et validées par le comité de marque.

Un réseau de correspondants répartis à travers toute la France assure un relais technique et scientifique pour le développement de filières locales de collecte, production et commercialisation de végétaux d’origine locale. Les membres de ce réseau participent également à l’accompagnement de l’utilisation de végétaux locaux lors d’aménagements sur leur territoire, en appui des maîtres d’ouvrages, bureaux d’études et opérateurs. Au regard des ses compétences, c’est tout naturellement que le Conservatoire botanique national du Massif central s’est engagé à accompagner les initiatives portées par des acteurs de son territoire.

Les décisions relatives au projet sont prises par le comité de pilotage, qui donne les grandes orientations à la démarche tandis qu’un comité de suivi, composé des partenaires financiers du programme, apporte un regard complémentaire sur le projet et participe aux débats généraux.

Vers une mobilisation des entreprises du Massif central

Afin d’informer les entreprises candidates à l’obtention des labels, la Fédération des Conservatoires botaniques nationaux a mis à disposition sur son site internet (rubrique Adhésion) l’ensemble des outils permettant de mieux comprendre la démarche et les moyens d’y participer : règlements d’usage, référentiels techniques, dossiers de candidature, fiches de suivi des productions, cahiers techniques de collecte et d’élevage de ligneux sauvages. Elle a également mis à la disposition des maîtres d’ouvrage et des utilisateurs, des dossiers de partenariats pour le soutien financier à la démarche, des témoignages d’acteurs, la carte des distributeurs et producteurs inscrits au projet, etc.

Les entreprises candidates présentes sur le Massif peuvent prendre contact avec le Conservatoire botanique national du Massif central qui pourra leur apporter des éléments complémentaires sur ces labels.

Liens utiles : www.fcbn.fr/vegetal-local-vraies-messicoles (consulter la rubrique Adhésion)