×

Le Journal des jardins du Conservatoire botanique national du Massif central

Les jardins du Conservatoire botanique vous intriguent ? Vous vous demandez à quoi peuvent-ils servir ? Quelles plantes peut-on voir fleurir en ce moment ? Quelles sont les visites possibles ? Quels travaux d’aménagement sont en cours ? Alors ce journal est fait pour vous : découvrez au fil des jours l’actualité des jardins du Conservatoire botanique !

Apprenez à greffer les fruitiers de variétés locales...

Dans le cadre de son programme d'animations, le Conservatoire botanique national du Massif central propose, Jeudi 10 Août 2017, une séance de démonstration de greffage d'arbres fruitiers anciens... Une bonne occasion pour se familiariser avec cette technique ancestrale mais aussi d'échanger conseils et greffons !

Christophe LEGIVRE, jardinier au Conservatoire botanique national du Massif central, vous propose de découvrir la méthode de greffage en écusson à l’occasion d’une opération de renouvellement des vergers conservatoires de Chavaniac-Lafayette.
Les passionnés pourront profiter de cet atelier pour faire découvrir les variétés qu'ils apprécient, échanger conseils et greffons avec d'autres participants.
Les nombreuses autres opérations et dispositifs de préservation de variétés fruitières anciennes régionales seront évoqués.

Lire la suite : 10 Août 2017

Une production 100 % CBN Massif central

De manière à valoriser son verger conservatoire auprès du public le CBN Massif central a testé la production d'un jus de pomme issu de ces derniers. Pressé puis mis en bouteille grâce à l'intervention de Franck PETIT (Alleyras, 43), le jus de pomme ainsi produit a été "testé par le personnel à l'occasion de la cérémonie des voeux du Département de la Haute-Loire et sera également proposé, cet été, par le CBN au public lors des animations ou des réunions techniques qu'il organise. Une étiquette apposée sur chaque bouteille présente les activités conservatoires du CBN. Les critiques étant d'ores et déjà excellentes, il est envisagé d'utiliser, dès 2017, la totalité de la production pour couvrir les besoins de 2018.

Premières visites scolaires

Tandis que les classes maternelles de Mazeyrat-Aurouze et les classes primaires de Chavaniac-Lafayette ont parcouru, en compagnie des animateurs des Pieds à terre ; les jardins du CBN le 14 et 21 juin derniers, une classe verte itinérante de l’école primaire de Mazeyrat-Aurouze nous a fait le plaisir de sa visite un après-midi entier pour déterminer quelques fougères collectées au cours de leur périple. Chaque élève a pu repartir avec sa plante déterminée et archivée sous la forme d’une planche d’herbier…

Coup d’envoi des travaux d’aménagement et des premières visites !

Dans le cadre des Rendez-vous aux jardins organisés par le Ministère de la Culture et de la Communication, le Conservatoire botanique national a proposé à 80 participants de découvrir ses activités et ses jardins conservatoires au cours d'une promenade sensible et colorée dans les jardins spécialement ouverts à cette occasion. Cette manifestation a également été l'occasion pour Madeleine Dubois, présidente du CBN, de présenter au public les travaux de valorisation des jardins entamés cette année (étiquetage des collections, balisage des cheminements, aménagements pédagogiques...) et de rendre hommage à l'action du Conservatoire et de ses partenaires en faveur de la flore sauvage régionale.



Le public a également pu découvrir les croquis paysagers et naturalistes réalisés par les élèves de l’École nationale supérieure du paysage de Versailles lors d’un atelier dans notre jardin le 3 juin…

Visite des étudiants de l’ENSP

Le 3 Juin 2016, les étudiants de l’École nationale supérieure des paysages, en voyage d’étude à travers le Massif central, sont venus visiter les jardins du Conservatoire et accrocher sur ses murs quelques esquisses effectuées au cours de leur périple.

Le voyage d’étude est l’un des temps forts de l’enseignement du paysage, et le Massif central constitue depuis de nombreuses année un terrain d’exploration privilégié pour l’ENSP. Le voyage 2016 de la promotion de première année a débuté sur la Chaîne des Puys, puis a conduit le groupe d’étudiants à travers la Lozère par l’A75, en compagnie du paysagiste Claude Chazelle. Le lac de Naussac et les gorges du Haut-Allier, en relation avec le Conservatoire du littoral et des rivages lacustres et le Projet de PNR des Gorges et sources de l’Allier ont constitué la troisième étape du voyage. La découverte du Massif du Mézenc, entre Haute-Loire et Ardèche, a ramené le groupe sur les Hautes terres du Massif central.



L’exposition présentée au Conservatoire botanique national du Massif central rassemble quelques vues emblématiques des paysages traversés, redessinées à partir de croquis de terrain et d’observations botaniques. Chaque dessin a fait l’objet d’une mise en situation, avec leurs auteurs, dans les milieux évoqués par le jardin du Conservatoire botanique.

Opérations étiquettes

À peine les supports métalliques sortis de l’atelier de Marc Estival, artisan ferronnier à Brioude, l’équipe du CBN Massif central était à pied d’œuvre pour étiqueter une centaine de plantes dans les jardins. Bientôt, 200 autres plantes rejoindront cette encyclopédie botanique à ciel ouvert…

Pendant ce temps, la façade du bâtiment principal faisait l’objet d’un léger relooking grâce à l’accrochage d’une enseigne spécifique sur le fronton.

Dans quelques jours, les visiteurs profiteront de cette nouvelle installation !

Elles se font belles avant la venue des touristes…

Après les abondantes floraisons des Genêts et Cytises, c’est autour du Ciste à feuilles de sauge (Cistus salviifolius), des Digitales (Digitalis lutea, D. purpurea) et des Orchis homme-pendu (Orchis anthropophora) de fleurir les abords du bâtiment du Conservatoire.

En sous bois, le Lamier jaune (Lamium galeobdolon), le Maïanthème à deux feuilles (Maianthemum bifolium) ponctuent les bordures du sentier botanique tandis que le Scolopendre (Asplenium scolopendrium), les Polystics (Polystichum aculetatum, Polystichum setiferum), l’Osmonde royale (Osmunda regalis) et les Dryoptérides (D. carthusiana), les fougères mâles et femelles (Dryopteris filix-mas, Athyrium filix-femina) déroulent leurs crosses pour offrir au regard leurs limbes vert tendre et fraîchement ciselés.

Les boutons d’or du Trolle d’Europe (Trollius europaeus) et les épis roses de la Renouée bistorte (Polygonum bistorta) viennent rejoindre les autres floraisons des plantes des prairies humides et tourbeuses. Non loin, les prairies de fauche donnent à voir : Marguerites (Leucanthemum vulgare gr.), Knauties (Knautia arvensis), Salsifis (Tragopogon pratensis), Trèfle incarnat (Trifolium incarnatum) et bien d’autres sont déjà fleuries pour le plus grand bonheur des insectes !

 

Digitale
(Digitalis purpurea)
Knauties
(Knautia arvensis)
Marguerites
(Leucanthemum vulgare gr.)
Maïanthème à deux feuilles
(Maianthemum bifolium)
Orchis homme-pendu
(Orchis anthropophora)
Osmonde royale
(Osmunda regalis)
Renouée bistorte
(Polygonum bistorta)
Salsifis
(Tragopogon pratensis)
   
Trèfle incarnat
(Trifolium incarnatum)
Boutons d’or du Trolle d’Europe
(Trollius europaeus)
   

Ça bouge dans les jardins !

Malgré des températures plutôt basses en ce printemps 2016, les plantes remarquables des jardins du Conservatoire continuent de s’épanouir. Dans la partie « Landes », le Genet purgatif (Cytisus oromediterraneus), le Genêt anglais (Genista anglica), et le Cytise allongé (Cytisus elongatus) offrent leurs belles grappes de fleurs jaune d’or.

Plus loin, l’Amélanchier (Amelanchier ovalis), l’Érable de Montpellier (Acer monspessulanum), le Cerisier à grappes (Prunus padus), et le Saule blanc (Salix alba) fleurissent l’espace « lisières » avec à leurs pieds, les premières corolles de la délicate Fritillaire pintade (Fritillaria meleagris) et les grappes pourprées de l’Orchis bouffon (Anacamptis morio).

En forêt, les floraisons vernales se poursuivent avec les très belles fleurs bleues étoilées du Scille lis-jacinthe (Tractema lilio-hyacinthus) ou blanches de l’Ail-des-ours (Allium ursinum), parmi lesquelles percent, çà et là, la Luzule blanc de neige (Luzula nivea) et la Cardamine à cinq feuilles (Cardamine pentaphyllos).

Près du ruisseau, en zone prairiale, la Cardamine des prés (Cardamine pratensis) et la Benoite des ruisseaux (Geum rivale) annoncent les prochaines floraisons massives des plantes de zones humides (iris, reine des prés, lysimaques…)

 

Érable de Montpellier
(Acer monspessulanum)
Ail-des-ours
(Allium ursinum)
Amélanchier
(Amelanchier ovalis)
Orchis bouffon
(Anacamptis morio)
Cardamine à cinq feuilles
(Cardamine pentaphyllos)
Cardamine des prés
(Cardamine pratensis)
Fritillaire pintade
(Fritillaria meleagris)
Genêt anglais
(Genista anglica)
Benoite des ruisseaux
(Geum rivale)
Luzule blanc de neige
(Luzula nivea)
Cerisier à grappes
(Prunus padus)

(Salix alba)

Premières plantations dans le jardin du Conservatoire

Profitant des premiers réchauffements du printemps, Christophe Legivre, jardinier et gestionnaire du domaine du CBN, a procédé aux premières plantations, sur le cercle basaltique, des plants produits au cours de l’hiver dans nos serres. Ont ainsi été installées quelques plantes rares de nos contrées : l’Aconit napel (Aconitum napellus L.), l’Arabette des Cévennes (Arabidopsis cebennensis (DC.) O'Kane & Al-Shehbaz), le Calamagrostide roseau (Calamagrostis arundinacea (L.) Roth), la Fétuque d’Auvergne (Festuca arvernensis Auquier, Kerguélen & Markgr.-Dann.), l’Impératoire ostruthium (Imperatoria ostruthium L.), le Séneçon ovale (Senecio ovatus (G.Gaertn., B.Mey. & Scherb.) Willd.), la Canche cespiteuse (Deschampsia cespitosa (L.) P.Beauv.), le Pâturin de Chaix (Poa chaixii Vill.)…

Plantation de l’Impératoire par Christophe

Le printemps a frappé aux portes du Conservatoire

Les premières vernales sortent de leur torpeur, avec un peu d’avance. C’est dans la partie forestière des jardins du Conservatoire que l’on pourra observer les premières fleurs printanières. Cette année, le Perce-neige (Galanthus nivalis) a pointé ses premières clochettes blanches dès le début du mois de Janvier. Quelques semaines suivantes, les tapis florifères d’Éranthis d’hiver (Eranthis hyemalis), d’Hellebore verte (Helleborus viridis) et d’Anémone sylvie (Anemone nemorosa) ont constellé les bords de ruisseaux et de chemins. Fin février, la Nivéole de printemps (Leucojum vernum) succédait au Perce-neige, annonçant avec elle les floraisons colorées de la Pulmonaire à larges feuilles (Pulmonaria affinis), du Corydale solide (Corydalis solida) et du Renoncule Ficaires (Ranunculus ficaria)… Toutes annoncent le redémarrage de la végétation, et pour les botanistes, une nouvelle année à parcourir les montagnes, plateaux et vallées du Massif central…

 

Anémone sylvie 
(Anemone nemorosa)
 
Corydale solide
(Corydalis solida)
 
Perce-neige
(Galanthus nivalis)
Hellebore verte
(Helleborus viridis)
Nivéole de printemps
(Leucojum vernum)
Éranthis d’hiver
(Eranthis hyemalis)
 
Pulmonaire à larges feuilles 
(Pulmonaria affinis)
Renoncule Ficaires
(Ranunculus ficaria)

Bien au chaud…

Une partie des plantes prélevées en nature à l’automne sont stockées en serre froide : elles ont fait l’objet de division fine et de repiquage en godet. Les conditions beaucoup plus clémentes qui règneront dans la serre en hiver permettront à ces individus de développer leurs racines et d’être prêts à planter au printemps.

À la faveur de cet automne particulièrement clément, ce plan de Calamagrostis arundinacea (Calamagrostis faux roseau) originaire du Mont Gerbier de Jonc développe de nouvelles innovations. D’ici le printemps, une trentaine de plants issus de la division de plus gros individus seront ainsi disponibles à la plantation.

Ci-dessus, un plan de Arabidopsis cebennensis (Arabette des Cévennes) en culture en serre froide. Les feuilles les plus âgées se situent à la périphérie : au centre, une rosette de jeunes feuilles bien dense apparaît, signe que les conditions de culture lui conviennent. Ce qui n’était a priori pas gagné : ces plans proviennent d’une zone fraîche, exposée au nord, à 1500m d’altitude sur le Mézenc ! Elles vont devoir s’habituer au climat de Chavaniac-Lafayette : nous la surveillerons donc de près !

Petits deviendront grands…

Dans le but de renforcer les collections du CBNMC, un certain nombre de plantes a été récolté en nature à l’automne 2015. Les plantes le plus volumineuses ont été plantées dans la pépinière du conservatoire. Elles vont passer l’hiver dans ces conditions et seront transplantés au printemps, à leur emplacement définitif.